2014 Les cigognes sont vraiment parties

kar chara en 2014

  Kar Chara en ruines.(voir dans les Souvenirs: IV Constantine le texte Kar Chara années 1940-1950 ).
 

Je savais que Ka Chara avait disparu. J'étais curieuse de voir. Je n'étais pas peinée que le temps et les hommes aient eu raison de batisses vétustes et insalubres. La partie la plus ancienne du quartier datait du XVIIIème siècle, du "bien aimé" Salah Bey !

  Après la visite au " 44 " nous avons donc emprunté les escaliers qui menaient au Midrach et au four banal,
 Le Midrach est devenu un centre islamique et le four banal est fermé depuis 3 ou 4 ans pour des questions d'héritage, d'après les 2 hommes debout devant la boutique d'électronique, interrogés par Zina. J'ai pu faire un cliché de la porte du four et au dessus de la "petite fenêtre à la matrone"- matrone qui, m'a-t-on dit, balançait des seaux d'eau sur les garnements chahuteurs et qui nous intriguait tant  !.( voir le texte : "le four banal" dans Les Souvenirs IV Constantine).

  Img 279
                                    le four. fermé depuis 3 ou 4 ans. ( photo Mars 2014)

                                                                                                                                             Img 277 
Le Midrach à gauche et Zina de dos à droite. Au fond de l'image on aperçoit le Lycée. ( photo de Mars 2014 ).
 
Direction rue de France, curieusement désignée ainsi encore par des habitants ! Autre paradoxe ! rue de France, rue Casanova, rue " Roll " ( Rouhault de Fleury) ne sont pas désignées autrement, à ma connaissance, par beaucoup ! La rue de France a tenu bon ! Elle a résisté à rue d'Angleterre, puis du Lycée sous Pétain, à rue du Sergent Atlan après la 2ème guerre mondiale et même à 19 Juin 1965 !  Un commerçant à qui je demandais le nouveau nom de la rue me répondit étonné de ma question : rue de France. Il faut reconnaître que 19 juin 1965 c'est moins facile à dire et à retenir !  rue du coup d'Etat c'est mal porté ! Et Boumediene a mieux pour le célébrer ! L'aéroport international par exemple. Les édiles sont parfois en panne d'inspiration !.

Au passage, je  reconnus le Lycée de garçons puis le cinéma de notre jeunesse rue de France ex Vox devenu cinémathèque, fermé comme tous les cinémas et brasseries à Constantine.

  Img 379
 Le Lycée.

  Img 293
 Ex cinéma Vox, le cinéma de notre jeunesse !

Img 288

Img 317

Img 281

Puis des escaliers pavés et des ruelles dans les vieux quartiers et... des ruines!


Img 285

  http://www.constantine-hier-aujourdhui.fr/images/novembre2007/IMG_0857.JPG
  Photo ci-dessus prise à Ka chara ou dans la Souika.Img 295 

  Img 290

Img 283 
                              
  Img 289Img 298
 La végétation s'installe par- dessus les maisons effondrées.

Img 296

   Peu à peu la nature reprend ses droits sur les ruines et les autos prennent leurs aises..

 
 
 
 Puis nous avons osé la gargote  pour les brochettes et les merguez et le café maure ensuite pour un thé bouillant à la menthe et avec "le turban".
  Le petit déjeuner au Novotel et le dîner dans une vraie gargote à toile cirée  mais avec une excellente viande dans une vitrine réfrigérée.
 Zina et moi avons l'oeil.

  Img 0303Img 0402

 

 
 

 

 

 

 

                                                                                                                                                                                                                                               Au Novotel.                                                                   Dans une rôtisserie.

Au café maure, le garçon, après quelques  confidences désabusées sur sa vie, a voulu nous offrir le thé, mais nous n'avons pas accepté.
 Le jeune homme sert le thé bouillant de cette grosse théière ventrue en simili cuivre  en levant et abaissant la théière pour faire monter l'écume, le "turban". J'ai vu partout de ces théières en matériau indéterminé couleur vieil or même dans la maison d'Ouled Djellal près de Biskra...

Img 392 Img 391

        Au café maure. Bien entendu nous étions les seules femmes. Tous les hommes sont restés très discrets, comme indifférents à notre présence. Ils respectent l'âge.

  Img 394